RETROUVEZ

LE PROGRAMME

de cette 14E EDITION  

ZOOM SUR LES ATELIERS

PROGRAMME

Atelier : L'inclusion médico - sociale : une prise en charge hors les murs


L'offre médico-sociale des champs du handicap et des personnes âgées a évolué depuis plusieurs années au grès des réformes : zéro sans solution et réponse accompagnée pour tous, virage inclusif, désinstitutionalisation, prestations et plateformes de services, dispositifs intégrés, communautés 360°. Les établissements et services médico-sociaux doivent réinventer leurs pratiques, tout en apportant des réponses concertées aux besoins d'une population sur et pour un territoire.  
Dès lors, comment peut-on continuer à faire institution hors les murs ?

Atelier : Le parcours de soins : pilotage, enjeux organisationnels et modèle financier


Comment évoquer le territoire sans traiter du parcours dans toutes ses dimensions : pilotage, organisation, financement.
Toutes les stratégies relatives à la transformation du système de santé ont pour ambition de décloisonner et fluidifier le parcours du patient et plus largement de l’usager. L’expérimentation du Service d’Accès aux Soins avec pour objectif de garantir un accès aux soins partout à tout heure grâce à une chaîne de soins lisible et coordonnée entre l’Hôpital et les soins de ville est une illustration tout à fait opérationnelle de cette ambition.
Au-delà des soins non programmés, la crise sanitaire a également interrogé le territoire et ses acteurs dans leur capacité à s’articuler pour répondre au mieux aux besoins. Dans ce contexte, des démarches de Bed Management territorial / gestion des lits territoriale ont pu émerger et méritent aujourd’hui d’être confirmées, prolongées.
Enfin, comment les réformes de financement peuvent accompagner, promouvoir toutes ces intentions, toutes ces initiatives, quels leviers, quelles opportunités, quels risques pour l’Hôpital ?

Atelier : Mieux vaut prévenir que guérir : la prévention enfin intégrée dans le parcours de santé

L'approche populationnelle est un concept innovant et structurant pour l'ensemble des acteurs de santé d'un territoire, permettant de les rassembler autour d'un objectif commun, la santé et le bien-être de la population.
Différents territoires ont ainsi expérimenté un programme d'intégration clinique adapté aux besoins des patients, avec le soutien de la FHF. Ces expérimentations ont permis de définir des outils et des bonnes pratiques que nous allons vous présenter. L'article 51 permet un modèle de financement adapté à ce nouveau paradigme.
Des projets de promotion et de prévention de la santé, portés par les établissements de santé, en partenariat avec les collectivités territoriales, également l'émergence d'une évolution majeure pour notre système de santé.



 

Atelier :  Le numérique au service du territoire

Le virage numérique en santé a pris une accélération sans commune mesure avec la crise sanitaire, véritable appui à la territorialisation du soin, elle est également propice à l'extension des actions de soins par le numérique (Télésanté), avec un objectif de réduire les écarts et d'améliorer la PEC. Mais cette accélération positive appelle à mettre en perspective deux thèmes qui recouvrent :
1. La capacité des établissements de santé à intégrer les enjeux et les contraintes de la cybersécurité pour moins subir.
2. L'intérêt de mettre en œuvre une gouvernance appuyée des projets eSanté portée par la dimension médicale.
Avec en synthèse, sous forme de trait d'union nous interroger ou ré-interroger sur la gouvernance du numérique dans nos établissements de santé, leurs poids stratégiques et financiers qui malgré les différents subsides ne reste pas pérennes.




 

Atelier : Gouvernance territoriale et management médical : des facteurs d'attractivité ?

Le rôle du Président de CME  évolue et les CMG vont se mettre en place avec l’élection d’un Président de CMG, le Ségur de la santé nous promets d’aider les praticiens à devenir des manageurs médicaux.
L’objectif de cet atelier sera de faire le point sur le rôle de chacun mais aussi de trouver des leviers pour motiver les praticiens à accéder à ces métiers.
Apprendre à manager ce n’est pas forcement inné et la formation médicale n’aborde pas ce sujet. Nous vous proposerons un état des lieux et un retour d’expériences sur 2 formations réalisées sur des territoires différents.




 

Atelier : Le Rôle des politiques publiques en matière d'attractivité

Les hôpitaux et structures publiques souffrent depuis plusieurs années d'un déficit d'attractivité, lié à plusieurs facteurs, dont le nombre insuffisant de professionnels formés sur le marché du travail, une crise de vocation et des conditions de travail exigeantes. Ces problématiques peuvent de trouver majorées sur certains territoires, du fait de leur isolement ou de leur ruralité.
La crise sanitaire a eu pour effet à la fois de mettre en lumière l'engagement de nos professionnels de santé, mais également amplifié l'expression des insatisfactions en matière de rémunération.
Face à ce constat les pouvoirs publics ont mis en œuvre à la fois une rénovation du statut, au travers de la loi de transformation de la fonction publique et également des mesures de revalorisation salariale de nature à favoriser l'attractivité du secteur au travers des accords du SEGUR de la santé.
Comment les locaux acteurs peuvent-ils s'emparer de ces nouveaux outils et leviers pour en faire un facteur d'attractivité et de dynamisation des carrières hospitalières afin de répondre aux attentes des professionnels? En complément, quelles initiatives locales, associant les différents acteurs du territoire, peuvent contribuer à améliorer l'image de marque de nos établissements et ancrer dans un territoire des professionnels par nature volatiles ?
Un éclairage national de la DGOS doit mettre en perspective les plus récentes mesures sous le prisme de l'attractivité, complété par une approche de la déclinaison locale, notamment au travers des lignes directrices de gestion, qui peut être envisagée au sein de nos structures. Des retours d'expériences des acteurs hospitaliers, en complémentarité avec les collectivités locales, et du secteur privé, ont illustré les leviers qui peuvent être imaginés